***Résultats de l’essai de phase 2 évaluant eryaspase dans la LAL chez les malades ayant développé une hypersensibilité à l’asparaginase pégylée

La l-asparaginase est un des composants essentiels du traitement de la leucémie aiguë lymphoblastique (LAL) mais l’hypersensibilité liée à la l-asparaginase entraîne souvent son arrêt qui est associé à une diminution de la survie sans événement.

Afin de permettre la poursuite du traitement par l-asparaginase après une hypersensibilité la société ERYTECH a développé une formulation de l-asparaginase encapsulée dans des érythrocytes (eryaspase).

La tolérance et l’efficacité d’eryaspase ont été évaluées dans le cadre d’une étude de phase 2, NOR-GRASPALL 2016, chez 55 patients (âgés de 1 à 45 ans, médiane : 6,1 ans) atteints de LAL sans risque élevé et d’hypersensibilité à la l-asparaginase conjuguée au polyéthylène glycol (PEG-asparaginase) dont les résultats viennent d’être publiés dans le British Journal of Haematology (https://doi.org/10.1111/bjh.18152).

Eryaspase (150 u/kg) devait permettre de compléter le traitement prévu par la l-asparaginase (7 doses au total) dans le cadre de deux protocoles du groupe nordique d’hématologie et d’oncologie pédiatrique (NOPHO). Quarante-neuf (96,1%) patients avaient une activité enzymatique de la l-asparaginase (AEA) ≥ 100 ui/l 14 ± 2 jours après la première perfusion d’eryaspase (AEA médiane 511 ui/l, 291 – 780) et six patients sur neuf (66,7%) avaient un AEA ≥ 100 ui/l 14 ± 2 jours après la quatrième perfusion (AEA médiane 932 UI/l). La demi-vie terminale moyenne d’eryaspase après la première perfusion était de 15,3 ± 15,5 jours.

Peu d’événements indésirables liés à la l-asparaginase ont été signalés, 5 patients (9,1%) ont développé une allergie clinique associée à l’inactivation enzymatique. Le traitement substitutif a été complété avec succès chez 50 patients (90,9%). Eryaspase a été bien toléré et la plupart des patients avaient des taux d’AEA supérieurs à l’objectif thérapeutique après la première perfusion. La demi-vie d’eryaspase a confirmé qu’une administration toutes les 2 semaines était appropriée.

SourceBritish Journal of Haematology