L’ANSM publie son rapport national d’Hémovigilance pour 2019

Le 4 Août dernier, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a publié son rapport national d’Hémovigilance pour 2019.
Au cours de l’année, elle a reçu a reçu 21 067 déclarations d’hémovigilance, un chiffre en hausse de 1,4% par rapport à 2018.
Parmi ces déclarations, 6 879 (32,6%) concernent des effets indésirables graves “donneurs” (+3,2% par rapport à 2018). Près des trois quarts de ces déclarations (73,4%) sont de gravité modérée (grade 2), et 26,6% sont de gravité sévère (grade 3).
Les effets indésirables “receveurs” sont stables, avec 9 243 déclarations. Parmi les effets eux 92,4% étaient de grade 1 mais on note la survenue d’un décès. Il s’agissait dans l’ordre de fréquence décroissante, d’une allo-immunisation isolée, d’une réaction fébrile non hémolytique et d’allergie.
Le rapport mentionne aussi 2 967 incidents graves de la chaîne transfusionnelle, définis comme un incident ou une erreur susceptible d’affecter la sécurité ou la qualité des produits sanguins labiles, soit une baisse de 5% environ.
En 2019, le rapport a dénombré 1,65 million de donneurs, soit une hausse de 2,2% par rapport à 2018, malgré une stabilité du nombre de prélèvements à près de 2,9 millions (-0,04%).
Plus de 3 millions de produits sanguins labiles (PSL) ont été cédés, dont 84,9% en sang total et 15,1% par aphérèse, et 530 980 patients ont été transfusés (+2,2%).
Entre 2000 et 2019, le taux de cession de PSL pour 1 000 habitants a augmenté de 8,6% et le nombre de PSL cédés a progressé de 20%. Ces quatre dernières années (2016-2019), le taux de cession de PSL s’est stabilisé autour de 45 pour 1 000 habitants.
17e rapport national d’hémovigilance de l’ANSM

SourceANSM